Une danse dans l’Esprit.
Danser est une activité humaine qui est et a été de tous temps généralisée. Tous les peuples de tous les temps ont dansé pour exprimer leur joie, leur appartenance à un corps constitué, pour ranimer la vie d’une collectivité et entretenir son dynamisme. Chaque communauté villageoise, régionale, ethnique a ses danses propres. Il y a ces jours-ci à Lorient le festival interceltique de danses. Quand les peuples ont une croyance, ils l’expriment dans une danse aux dieux, à des esprits, à Dieu. C’est donc qu’il y a des danses païennes et des danses saintes, vouées à Dieu, reflétant l’harmonie divine, la grâce de Dieu. Celle-ci se manifeste sous la forme d’une cohérence, d’un ordre animé, nécessitant un apprentissage, d’un reflet de l’activité créatrice de Dieu agissant en faveur des hommes et de la création, un effet de Sa Sagesse.
Les livres de Sagesse présentent même la Sagesse œuvrant auprès de Dieu créant la mer et affermissant les fondements de la terre. « J’étais à ses côtés comme le maître d’œuvre, faisant ses délices, jour après jour, m’ébattant tout le temps en sa présence, m’ébattant sur la surface de sa terre et mettant mes délices à fréquenter les enfants des hommes » (Pro. 8,30-31).
La danse peut être hautement spirituelle dans la mesure où les mouvements et les gestes s’appliquent à donner corps, dans une écoute intérieure, à l’Esprit de Dieu. L’Esprit-Saint et appelé à prendre corps chez les hommes qui cherchant à s’accorder à son mouvement à la fois extérieur aussi bien qu’ intérieur. La danse peut être extérieure, excitante, sensuelle. Elle l’est parfois. Elle peut être spirituelle. Le discernement doit aider à reconnaître par quels rythmes et quels mouvements la vie de l’Esprit peut se concrétiser pour devenir témoignage, manifestation prophétique, évidence vivante de la vie de l’Esprit. Voilà quel sera l’objet de ces trois jours (du 13 Août(10 h) au 15 Août).