Les pères du désert

Les pères du désert sont de merveilleux maîtres de vie spirituelle. Ils sont aussi les initiateurs de la vie monastique et ont une profonde connaissance des voies spirituelles sous des dehors extrêmement simples.
Voici une histoire mettant en valeur leur profonde spiritualité

SE METTRE AU TRAVAIL :     
« Un frère vint chez Abba Théodore et se mit à parler et à s’enquérir de choses qu’il n’avait pas encore mises en pratique. Et l’ancien lui dit: « Tu n’as pas encore trouvé le navire ni embarqué ta cargaison, et avant d’avoir navigué, te voilà déjà arrivé dans cette ville-là. Quand tu auras d’abord fait l’œuvre, tu en viendras à ce dont tu parles maintenant. »

On est enclin à se donner de l’importance, à se croire plus qu’on est et à s’attribuer une perfection imaginaire. Les Pères du désert étaient d’une grande clairvoyance pour déceler chez leurs disciples les manifestations de cette mégalomanie dont il faut se défaire avant de vouloir entreprendre quoique ce soit pour Dieu.

ACQUERIR UN CŒUR VIVANT :     
« Un ancien a dit: Il est écrit: « Le juste fleurira comme un palmier. » Cette parole signifie que le fruit des actions élevées est bon, droit et doux. En outre, le cœur du palmier ne fait qu’un, il est sa vitalité. C’est quelque chose de pareil que l’on trouve chez les justes: leur cœur est unique et simple, regardant seulement vers Dieu; il est blanc, car la foi l’illumine, et toute l’activité des justes est dans leur cœur; quant au piquant de ses épines, c’est la résistance au diable. »
C’est l’orientation totale vers Dieu qui fait l’unité et la simplicité de vie. L’unification ne peut se faire que du dedans, du fond du cœur visité par l’Esprit et illuminé par la foi.

OBEISSANCE A DIEU :     
« Abba Mios de Béléos disait: « Obéissance pour obéissance: si quelqu’un obéit à Dieu, Dieu lui obéit. »

DES FRUITS ABONDANTS :     
Les saints ont opéré des prodiges, spécialement les Pères du désert. Abba Mios en donne l’explication. Dieu donne à ceux qui ne lui refusent rien. Dieu exauce les prières de ceux qui prêtent une oreille attentive à ses désirs et qui ne cessent de répéter avec Jésus : « Abba, Père, tout t’est possible, mais non pas ce que moi je veux, mais ce que tu veux , toi. » Jésus dit à ses disciples: « Si vous demeurez en moi et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous mon Père ? » Et il m’a dit: « Va, aime ton prochain comme toi-même et tous tes ennemis tomberont à tes pieds. » Nos ennemis ce sont ceux que nous nous forgeons parce que nous n’aimons pas assez. Ce sont aussi les démons, qui s’enfuient quand ils voient que l’amour et l’humilité règnent dans un cœur humain. »

PRENDRE EN SOI LE PROCHAIN :     
« Abba Poemen a dit: Si nous sommes dans de si grandes peines, c’est que nous ne prenons pas en charge notre frère, que l’Ecriture nous apprend à
accueillir. Ne voyons-nous pas la femme cananéenne qui suivit le Sauveur, criant et suppliant de guérir sa fille, et le Sauveur l’a bien accueillie et lui a donné satisfaction. »
La compassion consiste à prendre en soi la peine d’autrui. Rien n’allège plus le cœur que ce souci du prochain qui cherche par tous les moyens à remédier à sa peine. Notre fardeau personnel en sera considérablement allégé.

SE RECONNAITRE PECHEUR :     
« Abba Matoès a dit: Plus l’homme approche de Dieu, plus il se voit pécheur. En effet, Isaïe le prophète, quand il voit Dieu, se déclare misérable et impur. »

 Chapelle : Christ Pantocrator

Chapelle : Christ Pantocrator