UNE CONCEPTION NOUVELLE DE LA CONSCIENCE

on octobre 22, 2013 in Pensées pour mieux vivre

La philosophie, la pensée religieuse ont une tendance , dans les siècles antérieurs , à définir la conscience comme maîtresse de ses choix , de ses décisions , se tournant vers Dieu et les autres en toute lucidité , en libre détermination.

 

Il faudrait aujourd’hui modifier cette approche et voir la conscience comme toujours déjà habitée par des altérités qui l’animent à l’intérieur d’elle même. Altérité du monde , d’un paysage , de l’amour attentif de la mère .Altérité de la beauté du monde intimement liée aux gestes de la tendresse de la mère qui nous donnait la nourriture.

 

Tout cela nous appartenait , nous assimilait , nous pénétrait sans que nous en ayons conscience. Nous étions en réceptivité par rapport à ce qui influait (coulait en nous) sans que nous en ayons capacité d’évaluer si cela était bon ou mauvais pour nous. Tout cela était bénéfique. Nous étions unis à l’ensemble des impressions favorables avec lesquelles nous étions unis, et non distants ou méfiants.

 

La conscience n’était pas dissociée  par rapport à celles ci. Nous étions immergés en elle. Or cet état d’union précédant la prise de conscience subsistera toujours en nous. Elle est l’afflux du monde venant à nous,comme donation d’un Autre qui n’est pas encore distingué de nous même la recevant .

 

Plus tard, toujours la conscience est habitée de présences invisibles qui nous donnent la force de vivre. Sans elles ,nous ne pourrions même pas vivre et avancer dans le courant de la vie.

Beaucoup nous sont familières, mobilisent nos rêves,nos souhaits,nos désirs. Nous les expérimentons sans les nommer,ni discourir sur elles. Elles nous habitent. Ne font pas l’objet souvent de prises de conscience. Elles nous affectent sans que nous les nommions explicitement. Elles font partie de nos orientations,de nos désirs, mais nous ne les maîtrisons pas puisqu’elles sont extérieures à nos prises de conscience .

 

C’est l’Autre en soi. Soi et l’Autre intimement ,indissolublement unis. Par elles , nous apprenons que nous sommes destinée à communier,à nous unir. C’est la leçon de ces apports secrets qui animent notre volonté,nos décisions,nos attraits. Il nous faut à mon avis, les faire apparaître, bien qu’elles soient indicibles,car elles sont les oubliées de nos intentions,de nos désirs ,de nos choix volontaires.

 

Frère Ephrem

Comments are closed.